livrejeunesse.com

Mardi 20 Novembre 2018

Joseph BEDIER

28 janvier 1864 (Paris) - 29 août 1938 (Grand-Serre)

Joseph BEDIER était un spécialiste de l'histoire médiale française.

Enfance et éducation

Il naquit à Paris, mais il passa toute son enfance et son adolescence à l'île de la Réunion d'où étaient ses parents, jusqu'à ce qu'en 1883, à l'âge de dix-neuf ans, il fut admis à l'École normale supérieure, où il resta jusqu'à l'agrégation.

Désireux d'apprendre davantage, il ne manquait pas d'assister aux conférences organisées par l'École pratique des hautes études et le Collège de France, où il connut son maître, Gaston Paris, qui exerça toujours sur lui une grande influence et qu'il ne cessa de vénérer.

Par la suite, il fréquenta l'Université de Fribourg, récemment inaugurée, mais dont l'atmosphère religieuse était incompatible avec son agnosticisme profond. Il rentra en France en 1891 pour occuper un poste à la Faculté de lettres de Caen et se maria avec Eugénie Bizarelli, dont il eut trois enfants. Il sut trouver du temps pour publier divers travaux dans Romania et dans La Revue des Deux Mondes.

Pendant la Première Guerre mondiale

Quand en 1914 éclata la guerre, la situation changea complètement, puisqu'il mit ses connaissances en allemand à la disposition de l'état-major. Le travail de BEDIER au ministère de la Guerre le maintint éloigné de l'enseignement jusqu'en 1920, année où il fut admis à l'Académie française, au fauteuil d'Edmond Rostand.

Fin de carrière

Après 1918, sa carrière de romaniste passa après sa carrière administrative, ce qui nuisit à ses recherches. À partir de 1928, il n'écrit plus guère dans ce domaine. En 1929, il est élu directeur du Collège de France. En 1936, à soixante-douze ans, il prend sa retraite et abandonne, en même temps que tous les honneurs, le lieu auquel il avait consacré plus de trente ans de sa vie.

Il meurt subitement au Grand-Serre le 29 août 1938 d'une congestion cérébrale.

Son œuvre

BEDIER a consacré sa vie à l'étude des œuvres les plus importantes de la littérature française du Moyen Âge. Son travail est axé autour de l'un de ses soucis constants : le problème des origines. Mû par cette ardeur, BEDIER soumet à un examen attentif tout le corpus des contes étudiés, les classe, les compare. Finalement, il arrive à une conclusion surprenante — face aux théories communément acceptées — que la tradition est moins riche et moins variée qu'on ne l'avait cru jusqu'alors et que les textes les plus anciens possèdent un fonds commun d'éléments disposés selon un ordre constant, qui pourraient remonter à une même origine.

La célébrité et la reconnaissance définitive lui arrivent avec la publication du roman de Tristan et Iseut, histoire qui, jusqu'alors, était ignorée du grand public français.

Parmi ses travaux, il faut citer l'édition de la Chanson de Roland, ainsi que diverses études consacrées à la poésie épique médiévale et aux questions relatives aux origines des grandes œuvres de l'ancienne littérature française.

L'un d'eux, Légendes épiques, recherches sur la formation des chansons de geste, postule une thèse "individualiste" au sujet de la création des gestes. Là, il insiste sur la nécessité de "considérer les œuvres comme elles sont, dans les textes existants […] au lieu de s'épuiser à chercher pour les chansons de geste des modèles hypothétiques qui auraient été perdus".

Une telle théorie n'a pas manqué de susciter des débats. Certains contradicteurs, par exemple Menéndez Pidal, ont réaffirmé l'idée d'une tradition lyrique et légendaire qui a précédé les chansons de gestes, comme il l'expose dans son livre La Chanson de Roland y el neotradicionalismo.

Ouvrages
  • 1980 : Le Lai de l’ombre (1890)
  • 1981 : Le Fabliau de Richeut
  • 1983 : Les Fabliaux, études de littérature populaire et d’histoire littéraire du Moyen Âge
  • 1893 : De Nicolao Museto (gallice Colin Muset), francogallico carminum scriptore
  • 1900 : Le Roman de Tristan et Iseut
  • 1902 : Le Roman de Tristan par Thomas (2 volumes, 1902-05)
  • 1903 : Études critiques
  • 1907 : Les Deux Poèmes de la Folie Tristan
  • 1908 : Légendes épiques, recherches sur la formation des chansons de geste (1908-13)
  • 1909 : Les Chansons de croisade
  • 1912 : Les Chansons de Colin Muset
  • 1920 : La Chanson de Roland (édition critique)
  • 1922 : La Chanson de Roland (d'après le manuscrit d'Oxford)
  • 1927 : Commentaires sur la Chanson de Roland

Clarybelle

Jeudi 4 Mars 2010

Mots Clefs :

#Beaux Livres & Imagiers (Divers)

Renseignements complémentaires

Sources de cet article : Wikipédia

Devaient se trouver ici les boutons de partages sur les réseaux sociaux.
Mais comme je ne sais pas ce que font exactement ces réseaux de ces données, je préfère vous laissez la liberté de recopier l'url et de la partager vous-même de votre propre initiative là où vous le voulez.

Source :

LA REDACTION